Pierre Niney, cet homme idéal

Lors de ma dernière sortie ciné, je suis allée voir Un homme idéal de Yann Gozlan avec Pierre Niney et Ana Girardot. Je vais vous dire ici ce que j’en ai pensé.

240422

Mathieu, joué par Pierre Niney, est un jeune homme qui rêve de devenir écrivain, jusque là sans succès puisque son manuscrit lui est renvoyé par les maisons d’édition, et qui en attendant travaille comme déménageur, parce qu’il faut bien gagner sa vie. Lors d’un déménagement chez un vieil homme qui vient de mourir, Mathieu tombe sur le journal que cet homme a écrit quand il avait été appelé en Algérie en 1958. Mathieu va saisir ce journal sur son ordinateur, s’en dire l’auteur et l’envoyer aux maisons d’édition : enfin, c’est le succès pour lui. Malheureusement c’est là que les ennuis vont commencer…

Parce que Mathieu en fait n’est pas un auteur. Son éditeur attend son deuxième roman depuis trois ans tout en lui faisant des avances mais rien ne vient, et logiquement il commence à s’impatienter. Donc Mathieu ment : là on peut quand même lui accorder que c’est un sacré menteur. Parce que s’il n’est pas l’auteur de Sable noir, il fait tout pour qu’on y croit : il se renseigne sur la guerre d’Algérie jusqu’à en savoir les tenants et les aboutissants par coeur, sur la géographie du pays, et même sur les postures d’écrivain pour pouvoir rentrer dans la peau du personnage. Et puis les mensonges continuent : s’il ne peut pas remettre son manuscrit c’est parce que… Quelqu’un connait son secret et le fait chanter alors il vole son beau-père mais il fait passer ça pour un vol. Si quelqu’un a des soupçons, il invente rapidement quelque chose qui détourne ses soupçons. Et c’est plutôt bien fait, de telle sorte même que le spectateur qui connait l’histoire se laisse prendre au jeu et arrive presque à y croire. Mais à quel prix ? Le mec ment tellement bien qu’il en perd tout ce que vaut le coup dans sa vie… On ressort avec cette question : à quoi bon ?

Mais dans l’univers de ce mythomane parfait, chaque détail compte, et c’est justement là où le bât blesse, parce qu’en spectateur averti, certains détails ne collent pas. Par exemple, Mathieu tue un homme et met en scène sa disparition. Mais ce cadavre a perdu une chaussure : on fait un gros plan sur ses pieds dont l’un est chaussé et l’autre non, mais jamais on ne nous reparle de cette fameuse chaussure. Et en en discutant avec des amies, je ne suis pas la seule que cette chaussure manquante a dérangée. Pareil, quand il essaie de se débarasser du corps, il prend un zodiac pour le perdre en mer, mais il se fait surprendre donc plonge et rentre chez lui à la nage. Mais qu’est-ce qu’il devient ce zodiac ? Pfff, envolé, on n’en reparle pas, même si c’est un peu suspect… Et puis aussi : c’est quoi cette maison d’édition ? Un mélange entre Gallimard et Minuit pour la couv, entre les Éditions du Cherche-midi et du Cercle de la librairie pour le nom. Et puis son premier roman remporte le prix Renaudot et il a même pas de bandeau ou une quelconque valeur ajoutée sur la couv pour le signaler, je n’y crois pas. Je sais que ces derniers détails ne choquent que moi, mais quand même…

Ce film est quand même très manichéiste parce que ce qu’on en retient c’est que c’est mal de mentir. Il ment bien, oui, mais ça ne lui sert à rien parce que chaque menseonge l’emmène vers un autre, chaque mensonge un peu plus gros que le précédent, ce qui l’amène à se perdre lui-même. Je spoile mais on pourrait interpréter la fin de telle sorte qu’il a tellement menti que son vrai lui est mort, qu’à force de mensonges il n’est plus que l’ombre de lui-même, qu’une ombre dans le monde condamnée à se cacher. Manichéisme aussi il y a à propos de l’écriture : en simplifiant, on ne peut écrire qu’en volant le travail des autres, comme si tout avait déjà été écrit, et on ne peut écrire que quand on est torturé, dans les ennuis jusqu’au cou. J’ai trouvé cette vision bien trop simple, ça fait longtemps qu’on est sorti de ce modèle du poète maudit.

Alors donc, c’est un bon film, qui vaut le coup d’aller le voir même s’il est un peu trop simpliste. En effet, malgré ces défauts, c’est impressionnant de voir cet homme mentir avec tellement de brio. Et puis aussi : Pierre Niney quoi. D’ailleurs je vais vous révéler un secret : je suis amoureuse de sa nuque… Et vous, vous avez vu ce film ? Qu’en avez-vous pensé ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s